Mercedes Classe V : la preuve par huit

Actus Essais Véhicules d'entreprise

Décliné tout d’abord en version longue de 5,14 m, le Mercedes Classe V vise l’excellence. Le remplaçant du Viano peut accueillir confortablement jusqu’à huit adultes.

Le nouveau Classe V arbore le gabarit d’un déménageur. 5,14 mètres de longueur. Plus de 2 tonnes sur la balance. Épaules à angles droits. Profil massif. Mais une hauteur limitée à 1,88 mètre afin de pouvoir gagner, sans problème, les parkings souterrains. Les formes, Mercedes les a mises dans l’habitacle de son nouveau grand monospace premium destiné aussi bien aux taxis haut de gamme avec chauffeur, aux hôtel de luxe qu’aux loueurs ou aux familles en quête d’une rareté, c’est-à-dire huit vraies places. Là réside l’un des points forts du remplaçant du Viano. Livré, de série, avec six places individuelles et une seule large porte coulissante côté droit, ce très habitable véhicule peut accueillir, via les cases options et banquette deux places, sept voire huit adultes. Grâce à quatre rails au sol, deuxième et troisième rangées d’assises coulissent sur une amplitude importante afin que chacun soit confortablement installé. Et tout cela en conservant, au minimum, 1030 litres de coffre.

Inspiré de la Classe C

Ce pro de la modularité peut se transformer en petite salle de réunion ou… salon de jeux, selon les occupants et les besoins du moment. Il suffit de positionner la rangée du milieu dans le sens inverse de circulation. Monospace patenté, le Classe V l’est, sans difficulté, jusqu’à ce qu’on s’installe à son volant. Là, la position de conduite, nettement typée fourgonnette, trahit sa lignée utilitaire. On se retrouve assis très haut et dans une position assez verticale. Mais quel spectacle ! L’esprit utilitaire s’évapore sans peine en posant le regard sur la magnifique planche de bord, franchement inspirée de la récente Classe C. Touchpad et fine tablette en guise d’écran central ont, par exemple, fait le déplacement. Et la qualité globale des matériaux apparaît fidèle à l’image haut de gamme que ce véhicule veut avoir.

Contrer le vent latéral

Testé avec le quatre-cylindres diesel de 163 chevaux, le Classe V, produit à l’usine Daimler de Vitoria en Espagne, ne déçoit pas. Certes, il se prête peu à une conduite dynamique, prenant du roulis sur les appuis francs. Mais on s’y attendait. Sur le confort de roulement, en revanche, celui qui repose sur la même plateforme que l’ancien Viano et conserve le même empattement, était davantage attendu. Il répond présent, Mercedes ayant pris soin, tout de même, de revoir les trains roulants. Du coup, le confort est au rendez-vous. Le Classe V se paye même le luxe de proposer, selon le niveau de finition, trois types d’amortissement : confort, sport et suspension à fréquence d’amortissement variable.
Avec une moyenne flirtant avec les 8 litres sur les grands axes (autour de 10 litres en ville), le Mercedes sera un agréable compagnon de route. En plus, une nouvelle aide à la conduite électronique, arrivée sur le Sprinter fin 2013, permet à cet imposant véhicule ne pas souffrir du vent latéral en agissant automatiquement sur l’ESP afin de conserver la trajectoire. Le bloc ne manquant pas de couple, la douceur de la boîte auto, l’espace disponible à bord et la bonne insonorisation même à des rythmes autoroutiers invitent aux longs parcours. Finalement, seule la sonorité trop présente de son diesel lors des accélérations dénote.

Haut perché

42 480 € : c’est le prix d’appel de ce Mercedes Classe V 136 ch. Soit, grosso modo, le tarif d’une Mercedes Classe E. Et ce grand monospace peut atteindre 72 100 € avec la plus grosse motorisation diesel de 190 ch. Entre les deux, le V220 CDI de 163 ch démarre à 43 525 € et grimpe jusqu’à 66 725 € au fil des quatre niveaux de finition proposés. Autant dire que ce n’est pas donné. Mais, finalement, à équipement équivalent, son concurrent tout désigné, le Volkswagen Multivan n’est pas plus abordable et ses dernières évolutions commencent à dater. A noter que la boîte automatique à 7 rapports, que l’on devrait retrouver sur 70 % des modèles, est en option sur les V200 et V220 et coûte 2 608 €. Sur le premier, elle permet d’accéder à un malus de 1 600 € (contre 2 200 € pour la boîte manuelle). Sur le second, le malus écologique reste à 900 €. De toute façon, le prix ne semble pas un énorme frein à l’achat pour la clientèle visée. Mercedes annonce, en effet, un budget moyen de 10-12.000 € réservé pour les options.

Back to top

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.